Rechercher
  • IDEAL-MIGRATION

Y a-t-il vraiment une crise migratoire en Europe ?


Photo by Pixabay from Pexels

L'histoire de l'humanité a toujours été caractérisée par des mouvements migratoires. Cependant, on parle aujourd'hui de crise migratoire, un terme qui est devenu l'implication d'une réalité d'urgence, sans précédent et nécessitant une réponse à la hauteur de ce qui se passe. Elle suscite des craintes et des interrogations, notamment dans les sociétés du nord de notre globe.

Le terme de crise migratoire a véritablement envahi l'environnement médiatique et politique européen au cours de l'année 2015. Les demandes d'asile dans l'Union européenne ont doublé par rapport à l'année précédente : 1,3 million de demandes (Eurostat, 2019). La guerre en Syrie et les nombreuses images de migrants arrivant dans des conditions dramatiques dominent l'actualité médiatique et la population s'alarme.

Une idée se répand : il faut lutter contre cette immigration massive. De plus en plus de barrières sont mises en place, les frontières sont renforcées. Dès lors, une question se pose : y a-t-il vraiment une crise migratoire ?

L’immigration en chiffre

Le terme de crise migratoire signifie que l'Europe est confrontée à une augmentation incontrôlée de l'afflux de migrants. Examinons quelques chiffres.

Selon Eurostat, de 2014 à 2015, le nombre de demandes d'asile pour l'Union européenne est passé de 626 960 à 1 321 600 (Europarl, 2021). Il est impossible de nier la valeur de ces chiffres. Cependant, cette augmentation a-t-elle vraiment des conséquences incontrôlables ? Malgré l'augmentation des demandeurs d'asile, ces personnes ne représentent toujours que 0,2% de la population européenne (AEDH, 2019). Concrètement, cela représente deux demandeurs pour 1 000 Européens. En comparaison, le Liban a accueilli 1,5 million de réfugiés, soit 165 pour 1 000 habitants (Amnesty International, 2017).

De plus, depuis 2016, le nombre de demandeurs d'asile sur le territoire est en diminution avec une baisse significative en 2017 : 705 705 demandeurs (AEDH, 2019). Continuer à comparer les flux migratoires actuels à ceux de 2015 perpétue le sentiment que nous sommes confrontés à une crise sans précédent et conduit donc à une analyse erronée de la situation réelle sur le terrain.

L’importance des termes utilisés

L'expression crise migratoire est victime d'une reprise politique et idéologique. Devenue source de conflits et de tensions, elle est le résultat d'une certaine vision ethnocentrique : elle évoque toutes les conséquences de la situation sur nos sociétés européennes mais elle gomme la véritable crise. Celle qui conduit des millions de personnes à emprunter des voies migratoires dangereuses pour leur intégrité physique et mentale.

Il est évident qu'il y a beaucoup de choses à régler, mais nous devons faire attention aux termes que nous utilisons, car ils impliquent des conséquences qui leur sont égales.


Sources:

https://www.amnesty.org/fr/what-we-do/refugees-asylum-seekers-and-migrants/global-refugee-crisis-statistics-and-facts/

http://www.aedh.eu/pourquoi-lon-ne-peut-pas-parler-de-crise-migratoire/


https://www.europarl.europa.eu/infographic/welcoming-europe/index_fr.html#filter=2019


https://www.areion24.news/2020/04/03/la-question-migratoire-flux-et-enjeux-dun-phenomene-planetaire/


4 vues0 commentaire